Fête des Langues 22-2-2020

Fête des Langues à l’Embarcadère – Aubervilliers le 22 février 2020
http://albertivi.aubervilliers.fr/la-dixieme-edition-de-la-fete-des-langues/

Aubervilliers a célébré la Journée Internationale de la langue maternelle, durant laquelle associations, habitants et services municipaux ont proposé de découvrir quelques-unes des langues parlées à Aubervilliers : arabe, bengali, coréen, espagnol, français, italien, khassonké, mandarin, peul, quechua, roumain, serbo-croate, soninké, swahili, tamazight (berbère), tamoul , …

Lors de cette après-midi festive et familiale, les plus jeunes ont participé à des ateliers jeux, chants, théâtre, lectures. Plusieurs équipes ont relevé le défi de retrouver, lors d’une chasse au trésor, la partie égarée d’un guide multilingue. Grâce aux stands visités, ils ont découvert plusieurs alphabets et pu gagner un lot. Bravo aux enfants pour avoir joué le jeu et aux adultes pour leur avoir montré le chemin… de la langue.

Equipe bleue sur la piste des langues

Des enfants ont été accueillis par les centres de loisirs maternels pour créer puis emporter des objets décorés ; d’autres ont réalisé une grande fresque peinte, grâce à l’atelier de Pinto Pixu pour la Maison des Langues.

Enfants en pleine création collective d’une fresque peinte (initiée par Pinto Pixu pour la Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers)
La Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers, co-organisatrice de cette journée et chargée de l’accueil du public, remercie ses bénévoles pour cette journée de rencontres autour des langues

En l’honneur du Professeur Printhwindra MUKHERJEE

Petit-fils de Jatindranah MUKHERJEE, héros révolutionnaire indien, ayant lutté contre la colonisation britannique avant la 1ère guerre mondiale et mort en 1915, le professeur Printhwindra MUKHEERJEE était à l’honneur le samedi 29 février 2020 à la Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers, grâce à l’association UDICHI.

Des livres rares en bengali, traduits en français, ont été exposés.

Le public a pu apprécier chants, musique et poésie – en français et en bengali –

Nouvel an chinois

Les participants sinophones aux cours et ateliers de français de la Maison des Langues nous offrent l’occasion de vous souhaiter une (autre) Bonne année !

Conférence-rencontre avec des écrivains berbères

L’Association Franco-Berbère d’Aubervilliers* était reçue

le Samedi 1er février 2020 de 15 h à 17 h

à la Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers, 43 rue des Postes, pour animer une conférence-rencontre avec des écrivains berbères.

« L’importance de la célébration du nouvel an berbère »

* afbauber@gmail.com

Fête du nouvel an 2020

Le 4 janvier 2020, la Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers invitait le public à commencer l’année en créant, chantant et dansant.

fresque murale PINTO PIXU Maison des Langues et des Cultures d'Aubervilliers

Un atelier parents-enfants en espagnol, proposé par PINTO-PIXU, a permis de réaliser une fresque murale en matinée.

L’après-midi, le public a applaudi les chants kabyles de Sissi IMAZITEN et ses musiciens ; puis le groupe Zora composé de chanteurs, chanteuses et musiciens pour un spectacle bulgare.

Après un goûter composé de ce que chacun avait apporté, l’Accordéon Club d’Aubervilliers, rejoint par la chorale Auberbabel ont incité le public à danser .

L’ambiance festive a réjoui une centaine de spectateurs et spectatrices, enfants comme adultes.

La Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers vous adresse sa carte de vœux pour l’année 2020, colorée comme le fut cette journée !

Atelier chant créole

L’association MELOKANS investit la Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers pour vous proposer de participer chaque mois à un atelier de chant créole. Prochaine date le samedi 14 mars 2020 de 15 h à 17 h. Entrée libre

43 rue des Postes à Aubervilliers

Jeudi des langues 30/01/2020

Langues créoles : Transmissions et Enjeux

Jeanpyè CHAVILLE à la Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers

Les créoles prennent naissance dans un environnement de colonisation des Amériques et vont traverser les époques et les soubresauts de l’Histoire pour se transmettre de génération à génération jusqu’à aujourd’hui.

Conférence-débat Langues créoles : transmissions et enjeux

Langues rejetées pendant longtemps, elles doivent aujourd’hui faire face aux nouveaux enjeux de la transmission et conquérir de nouveaux domaines.

Dans quels contextes les langues créoles prennent-elles naissance ? Comment se sont-elles transmises aux générations d’hier et d’aujourd’hui autant dans leurs pays créolophones que dans les nombreuses diasporas créolophones ?

La MLCA remercie Jean-Pierre CHAVILLE d’avoir partagé ce Jeudi des Langues avec le public le 30 janvier 2020

La fête de la rentrée 2019

Samedi 28 septembre 2019

Pour cette fête de rentrée, nous avions commandé le beau temps et il fut là. Dès le matin. Les agents de la mairie sont venus installer les barnums et les premiers visiteurs ont commencé à arriver…
Nous avions prévu de commencer la journée par la présentation de nos différents ateliers. D’abord il y eut les ateliers théâtre et le chant kabyle puis la reliure, les mots étrangers dans la langue française et l’atelier image. Sans oublier une présentation des jeux du monde. Le public est arrivé, petit à petit, puis de plus en plus nombreux. Chacun a pu découvrir un aperçu de la palette d’activités existant à la MLCA : diversité des langues, apprentissage du français « en faisant », etc.

L’heure du repas a été, là encore, le moment de se plonger dans les univers culturels différents. Les associations multiculturelles d’Aubervilliers sont entrées dans la danse avec entrain pour composer un buffet froid. Une farandole de pastels, nems, sandwichs et petits fours salés ou sucrés, des variations de salades grecques, vietnamiennes, maliennes, espagnoles et bien d’autres, salées mais aussi sucrées pour finir, le tout accompagné de jus de fruits de toutes sortes, voire même d’un peu de vin… Bref, de quoi se régaler dans toutes les langues.

L’après-midi musical a emballé les habitants. La chorale d’Auberbabel dirigée par Albin, a ouvert le concert avec son énergie coutumière. Ce fut après le tour de Mama, notre chanteuse malienne qui, accompagnée de son percussionniste génial, nous a régalés de ses mélodies et de ses danses endiablées. Le groupe de musique cubaine qui leur a succédé a électrisé l’assistance avec ses salsa et autres merengue. Le dames kabyles de l’assistance ont prêté aux danseuses leur foulards pour donner aux coups de reins cubains une petite couleur berbère. Le gwoka guadeloupéen du groupe d’Axelle s’est déchaîné pour finir la journée. Les badauds, entraînés par les chanteurs du groupe dansaient et chantaient à tue-tête. Et le percussionniste malien s’est joint à eux pour faire le bœuf ! Une exclusivité antillo-malienne, une belle image du multiculturalisme à Aubervilliers ! Des automobilistes, arabes, se sont même garés pour se joindre aux danseurs. Bref, les visiteurs furent nombreux et la fête fut belle. Il faudra recommencer…

AU PROGRAMME

10 h – 12 h
– Présentation des activités : atelier-théâtre, atelier de conversation, chants kabyles, les mots venus d’ailleurs, etc…

12 h – 13 h 30
– Buffet interculturel avec les associations Maida pour tous, De l’autre côté et ACCSD

13 h 30 – 17 h
– Concert multiculturel
– Auberbabel (chants en zoulou, espagnol, portugais et arabe)
– Musique du Mali avec Mama KONATE CAPRON
– Musique cubaine avec des musiciens de La Havane
– Musique de la Guadeloupe, gwoka

Jeudi des Langues et des Cultures #8 « L’Union Européenne et les langues »

L’Union Européenne et les langues : mythes et réalités.

Conférence-débat par Thierry Saladin.

20 Juin | 18h30

À la manière d’un consultant, l’intervenant décrit cette Union Européenne (UE) du point de vue des langues et de la communication internationale.  L’UE comporte encore à ce jour 28 États et 24 langues officielles.

Il en profite pour tordre le cou aux nombreuses idées reçues qui circulent sur la question, de manière sourcée bien sûr, et propose à l’assistance de réfléchir aux deux ou trois scénarios raisonnables, lors du débat qui s’ensuivra.


Enfin, il parle de la situation de guerre que notre langue vit chaque jour, sur le sol même où elle est née, et ce notamment du fait de beaucoup trop d’auxiliaires dans notre pays.

Retour sur la rencontre avec Véronique KANOR et Tyler PENNOCK à la MLCA

Le lundi 13 mai 2019, la Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers a accueilli les poètes Véronique KANOR et Tyler PENNOCK.

Ils se sont rencontrés lors d’une résidence d’écriture et poursuivent ensemble une tournée franco-canadienne organisée par Red Rising Magazine, le Centre for Creative Writing  & Oral Culture de l’Université du Manitoba, l’Alliance Française du Manitoba, la Maison Gabrielle Roy, la Maison de la Poésie de Nantes et les services culturels de l’Ambassade de France au Canada.

Tous deux nourrissent leurs œuvres d’une expérience de la domination et de la dépossession dont ils déclinent chacun un récit poétique ancré dans des géographies et des histoires différentes. This “Wound”, cette blessure, comme l’a nommée Tyler résonne fortement avec ‘la Blesse’ qui désigne en créole martiniquais le traumatisme intergénérationnel de l’aliénation résultant de la traite des Noirs et à l’esclavage. Ce traumatisme est aussi celui de la domination, la dépossession et des tentatives de destruction des cultures autochtones par les gouvernements canadiens, au Québec comme au Canada Britannique.

Cette blessure s’exprime dans la relation à la langue dans laquelle ils sont nés – pour Tyler, la langue cree, pour Véronique, le créole martiniquais – et dans la relation à ce qui est désigné en anglais comme le ‘first language’, la langue première, celle qui prime parce qu’elle est la langue de la domination politique, économique et culturelle. Cette langue première le plus souvent enferme l’autre langue, la ‘maternelle’ dans le domaine de l’intime, quand elle n’est pas purement et simplement étouffée.

Cette oppression, Véronique et Tyler lui donnent corps et voix par leur écriture. La langue, nous rappellent-ils, c’est un corps, un imaginaire, une relation au monde, attachés à une façon de vivre un territoire qui devient alors son pays. Empêcher quelqu’un de parler sa/ses langues, c’est l’amputer d’une partie essentielle de ce qu’il est, c’est le déraciner.

Tyler a évoqué l’entreprise d’acculturation à laquelle le gouvernement canadien a soumis les communautés autochtones et les métis, descendants de ces voyageurs qui en commerçant avec les tribus autochtones, en apprenant les langues Algonquin, en se mariant ‘à la façon de’ –  selon leur coutume – avec des femmes autochtones, avaient contribué à la création d’un mode d’échange plus juste, comme l’a exprimé Véronique.

Il nous a raconté comment les enfants étaient enlevés à leur famille pour leur inculquer dans la violence la langue et la religion du gouvernement dans des écoles résidentielles dont la dernière a été fermée en 1996. Il a également évoqué l’appareil légal et judiciaire restreignant la pratique du don qui structure le fonctionnement des communautés autochtones. Le peuple Cree n’a cependant jamais cessé de parler sa langue. Mais de nombreux Crees ont été dépossédés de cette langue. En 2015, la nation Cree comptait 317 000 membres dont seulement 95 000 parlent la langue Cree.

Véronique apporte à cette résidence son point de vue de poète de l’Outre-Mer. Née en France, elle nous a dit qu’elle porte en elle l’exil et les rêves de ses parents martiniquais. Elle a vécu dans son corps et son esprit le racisme qui découle de l’esclavage, un racisme inscrit dans la langue créole, puisqu’étant celle de sa fratrie qui avait la peau la plus claire, on lui disait qu’elle a la ‘peau sauvée’, une peau échappée du noir, nous a-t-elle dit, dans sa langue poétique.

Véronique comme Tyler écrivent et publient dans leurs langues premières, le français pour Véronique, l’anglais pour Tyler. Une langue qui est la leur autant que la langue de leurs parents parce qu’elle accueille leur passage à la parole et à l’écriture et la transmission de l’expérience de cette blessure qui ne cesse de les appeler à transmettre à qui les écoutent, les cris de ceux que l’on a voulu rendre muets.

Ce qui rend “maternelle” cette langue qui leur est première, c’est la capacité qu’elle montre à accueillir l’autre langue, celle de la famille, de l’histoire ancestrale, de l’intime, du corps physique et émotionnel, à lui ouvrir l’espace pour prendre place. À Aubervilliers, la Maison des Langues et des Cultures offre l’espace physique, émotionnel et psychique à l’existence de prendre toute sa place entre les langues.

Amélie Mourgue d’Algue, 20 mai 2019

Véronique Kanor, poétesse originaire de Martinique vivant entre la Martinique et la Guyane, est notamment l’auteure du recueil Combien de solitudes… publié chez Présence Africaine Éditions en 2013, lauréate du Prix Éthiophile 2018. Spécialiste de pict-dub-poetry (performance scénique accompagnée de vidéos et de textes), elle est également réalisatrice de documentaires et de courts-métrages, et écrit pour le théâtre.

Tyler Pennock, poète Cree et Métis dont la famille vient de Lesser Slave Lake en Alberta, vit à Toronto. Titulaire d’une licence en études autochtones et d’un master en creative writing, il écrit dans de nombreux magazines, et s’apprête à publier son premier recueil de poésie, Bones, chez Brick Books Publishing au printemps 2020. Source : Présence Africaine Éditions