Griot.te.s du futur

Extrait de la discussion du jeudi 4 février 2021 avec Bocar NIANG, griot et artiste sénégalais. GRIOT.TES DU FUTUR 📽🎞https://drive.google.com/file/d/1jb0587NXTvc1xNK4sSqSw4Xg8UxbDm5N/view?usp=sharing

Rencontre avec BOCAR NIANG sur Zoom Griot et artiste jeudi 4 février 2021 à 18h30

Griot et artiste jeudi 4 février 2021 à 18h30

Avec le soutien de la DRAC Ile de France » et en collaboration avec La Maison des Langues,
bureau des heures invisibles vous invite à une rencontre avec

BOCAR NIANG, GRIOT ET ARTISTE

Quelle est la place de l’oralité dans notre patrimoine immatériel ? Dans le cadre des Jeudis des Langues, la Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers et le bureau des heures invisibles accueillent l’artiste et griot Bocar Niang, le jeudi 4 février à partir de 18h30 pour une rencontre par visioconférence. 
A cette occasion, et dans le cadre de sa résidence avec le bhi, Bocar Niang réalisera une performance sur le mode griot ou asko en Toucouleur. Il parlera ensuite de cette pratique d’Afrique subsaharienne de 1960 à nos jours, et en particulier au Sénégal, avec Gora Diouf, professeur et spécialiste d’art oratoire à Dakar.
Kàddu signifie parole en wolof. La parole et sa transmission sont au coeur de la pratique griotte. Bocar Niang est issu d’une lignée de griots de plus de trois siècles, il est griot maternel et paternel. Dans sa pratique artistique, il met l’accent sur l’écriture créative et la performance. Il revisite le corpus traditionnel qui lui a été enseigné par ses parents pour le confronter aux problématiques les plus contemporaines. Il est porteur du projet du musée griot au Sénégal à Tambacounda, sa ville d’origine.
Ceci s’inscrit dans une série d’évènements co-produits par le bureau des heures invisibles et la Maison des Langues et des Cultures d’Aubervilliers. Il est le premier volet d’une conversation avec Bocar qui se poursuivra par un autre évènement zoom le 28 février prochain, en direct de Tambacounda, Sénégal vers 18h30, à l’heure du coucher du soleil.

Bocar Niang est né en 1987 à Tambacounda au Sénégal. Orateur, écrivain, performeur,
vidéaste, il a réalisé́ un master en arts et cultures à l’Université́ Cheikh Anta Diop de Dakar puis
à l’Ecole nationale supérieure d’art de Paris-Cergy, où il a eu l’occasion de contribuer à des
workshops et séminaires avec Clémentine Deliss, et Sylvie Blocher entre autres. Il a présenté
son travail performatif au Centre Pompidou dans le cadre d’un hommage à Issa Samb, à la
Fondation Ricard, au Palais de Tokyo, et aux ateliers Médicis. Il est actuellement en résidence
de recherche au bureau des heures invisibles, Aubervilliers.

Dans le cadre de sa résidence de recherche artistique au bureau des heures invisibles,
Bocar animera une série d’ateliers autour des prénoms à la Maison des Langues et des
Cultures, au bureau des heures invisibles et d’autres espaces culturels d’Aubervilliers.
Évènements précédents: http://mlc.aubervilliers.fr/2020/09/09/les-mots-qui-nous-manquent/

En savoir plus:
Le bureau des heures invisibles est un groupe de recherche artistique dont la pratique
collaborative, fondée sur la rencontre et la conversation, confèrent aux situations qu’ils créent
‘le pouvoir de faire penser ensemble’, selon les mots de la philosophe Isabelle Stengers. En ce
moment, le b h i interroge ce que sont les conditions de possibilité d’un sentiment
d’appartenance plurielle, abordant cette question notamment à travers l’expérience de la
pluralité des langues. À ce stade de son développement, le bhi, installé récemment à la
Maladrerie à Aubervillier, s’attache à tisser des liens avec ses voisins, habitants du quartier
ainsi qu’avec les associations locales tout en proposant ateliers et conférences participatives.
Le bhi s’intéresse aux pratiques hybrides entre arts visuels, écriture performance, théorie et
pédagogie et leur place dans la co-production, la valorisation et le partage de savoirs.

Bocar Niang est né en 1987 à Tambacounda au Sénégal. Orateur, écrivain, performeur,
vidéaste, il a réalisé́ un master en arts et cultures à l’Université́ Cheikh Anta Diop de Dakar puis
à l’Ecole nationale supérieure d’art de Paris-Cergy, où il a eu l’occasion de contribuer à des
workshops et séminaires avec Clémentine Deliss, et Sylvie Blocher entre autres. Il a présenté
son travail performatif au Centre Pompidou dans le cadre d’un hommage à Issa Samb, à la
Fondation Ricard, au Palais de Tokyo, et aux ateliers Médicis. Il est actuellement en résidence
de recherche au bureau des heures invisibles, Aubervilliers.

Dans le cadre de sa résidence de recherche artistique au bureau des heures invisibles,
Bocar animera une série d’ateliers autour des prénoms à la Maison des Langues et des
Cultures, au bureau des heures invisibles et d’autres espaces culturels d’Aubervilliers.


Évènements précédents : http://mlc.aubervilliers.fr/2020/09/09/les-mots-qui-nous-manquent/

Posted in Rétrospective.